Blendecques, Herbelles, …

Vendredi, à la bibliothèque de St-Omer, en poursuivant l’examen d’une liasse des archives du Chapitre de St-Omer relative à Blendecques, j’ai trouvé mention dans un document datant des années 1550 d’un Clay PIGACHE, qui, sauf erreur de ma part, n’apparaît pas dans l’ouvrage ‘les familles anciennes de l’Audomarois’ (voir mes précédents articles). Cette découverte m’a amené à rechercher chez moi ce que j’avais sur Blendecques et j’ai trouvé un cliché d’un acte que j’avais pris parce qu’il mentionnait un LE BINDRE. Et, j’ai découvert une information sur un couple que j’ai récemment rattaché à ma généalogie, Robert BRISBOULT x Anne PICHON. La photo n’est pas de qualité et ne comporte que le haut de la 1ère page. Voici ce que j’ai pu extraire de cet acte (fin du 16ème siècle ou début du 17ème siècle) :

 

Comparurent en leurs personnes Jacques PISCHON … PISCHON, vefve et demeurée en biens de Franchois … demt à Blendecques, Robert BRISBOULT et Anne PISCHON demt en la ville et comté d’Arques, Jacques DORET, père ayant le bail et le gouvernement de Pierre et de Jehenne DORET qu’il eut en dernières nopches de Margte PISCHON, Jehan LE BINDRE et Péronne PISCHON, sa femme, iceulx du surnom enffans et héritiers de Jehan PISCHON et de Jehenne DE LE ZOEDDE, leur père et mère… (Archives du PdC -2G3256)

 

Il se pourrait qu’il y ait des données sur les PIGACHE dans le cartulaire de St-Bertin (voir http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/collection/?esp=1 )

Cela m’a amené à le consulter sur le site des collections numérisées de la Bibliothèque de St-Omer et à parcourir un acte sur Herbelles, datant de 1505, et à le transcrire :

http://bchovaux.fr/Lieux/Divers/Cartulaire-St-Bertin-Herbelles-2.pdf

Il s’agit d’une retranscription d’une transcription. Par rapport à l’original, il y a probablement des erreurs. Parmi les patronymes qui ont retenu mon attention : il y a ‘DE LE PERONIE’, que je ne connaissais. Parmi les tenanciers de Herbelles cités, il y avait Baudechon DE LE PERONIE et Jehan DE LE PERONIE dit Frere. Or, dans ma généalogie, il y a un Jehan DELEPOUVE dit Frere. Au lieu de DE LE POUVE, Charles DE WITTE n’aurait-il pas lu DE LE PERONIE ? Si oui, le père d’Anthoinette DELEPOUVE, femme de Raul ALEXANDRE (*), pourrait être fille de Jehan au de Baudechon. Il faudrait voir si les autres actes relatifs sur Herbelles peuvent confirmer ou infirmer cette hypothèse.

 

* A ce jour, sur Geneanet, plus de 90 personnes indiquent sans justification que le père d’Anthoinette serait un Guillaume et environ 40% d’entre eux que la mère est Marie LELAID (parmi mes ancêtres, il y a un couple Guillaume DELELEPOUVE x Marie LELAID, marié en 1688…).

Les PIGACHE (suite)

 

Une alerte Geneanet sur les parents de Jacques PIGACHE auquel je viens de rattacher la Sosa 3597 de mon arbre généalogique, Simonne PIGACHE (voir article du 5/7/2014) m’a amené au retour de ce week-end du 14 juillet, m’a amené à me pencher à nouveau sur les PIGACHE. L’alerte indiquait que Pierre, père de Jacques, était marié à une MARISSAL, Noémie, pour certains. Or, dans les ‘Familles Anciennes de l’Audomarois’, de Pierre DAUDRUY et Henri LORGE, aucune indication n’apparaît. A noter aussi que, pour les auteurs de cet ouvrage, la filiation de jacques, est seulement une hypothèse. J’ai effectué une recherche sur les PIGACHE dans les relevés de Philippe DERIEUX sur le Gros de St-Omer (publiés par le GGRN). J’ai trouvé toute une série d’actes sur les PIGACHE

 

  • 985    1563-Rec.-3     Baudin x Robine LARDEUR, laboureur – Wizernes
  • 1084    1565-rente-14    Pierre, laboureur – Wizernes

     

  • 42     1566-Cm-8    Pierre, beau-frère de Simon MARISSAL, fils Nicolas
  • 115    1567-rente-37    Pierre x Nicole MARISSAL, laboureur – Wizernes
  • 168    1567-vente-26    Robert DE FOSSE x Jehenne PIGACHE – Tatinghem
  • 502    1569-vente-25    Martin, Hallines
  • 650    1570-rente-54    Pierre, Wizernes & Michel, Wardrecques – laboureurs
  • 679    1570-rente-83    Pierre, laboureur – Wizernes
  • 808    1571-vente-3     Bauldin x Robine LARDEUR, laboureur – Wizernes
  • 1019    1572-rente-24    Pierre, laboureur – Wizernes
  • 1281    1573-rente-77     Pierre, laboureur – Wizernes
  • 1356    1573-rec.-2    Baudin x Robine LARDEUR – Wizernes
  • 1369    1573-trans.-9    Pierre & Jacques, caron – Wizernes

     

  • 328    1575-rente-3    Michel, Wardrecques
  • 453    1575-rente-129    Michel, Wardrecques
  • 485    1575-échange-5    Jehan – Hallines
  • 662    1576-rente-12    Pierre & Nicole MARISSAL – Wizernes

     

  • 438    1582-Cm-12    P. DE LE MONS x + Jehan, fr. de Martin x Cte TARTARE – Hallines
  • 459    1582-Cm-33    (copie de l’acte précédent)
  • 588    1582-rente-133    Jacquemine x + Jacques DE ST-MARTIN- Hallines
  • 954    1584-Cm-8    Jacquemine MAILLART, ass. par Michel et Jacques, ses oncles

     

  • 794    1587-vente-41    Nicolas DE LE NORT x Jossine, censier d’une cense de St-Bertin
  • 1035    1588-Cm-20    Jacques x Gillette DANEL assisté de Michel, son frère
  • 1191    1588-rente-7    Jacques, bailli de Wizernes, caution de Jehan MAILLART

(Le 1er numéro de chaque item est le rang dans le relevé de Philippe DERIEUX ; ensuite suivent la référence de l’acte dans le Gros de St-Omer et un condensé du relevé) ;

 

D’après ces actes, ce qui est certain, c’est que Jacques, de Wizernes, et Michel, de Wardrecques, étaient frères. Ils avaient une relation avec Pierre, laboureur à Wizernes, d’où l’hypothèse du lien filiatif, dans les Familles Anciennes de l’Audomarois, hypothèse que je retiens aussi. Il y avait toutefois une autre famille PIGACHE, Baudin x Robine LARDEUR, peut-être les parents de Pierre. Un acte précise que Pierre PIGACHE était marié à Nicolle PIGACHE. Celle-ci était la sœur de Simon MARISSAL, fils de Nicolas, ce dernier figurant déjà dans ma généalogie.

Par ailleurs, l’alerte Geneanet m’indiquait que Jacqueline GUERBOIDE, femme de Jacques PIGACHE, était fille de Pierre, information n’apparaissant pas dans l’ouvrage de DAUDRUY et de LORGE et les relevés du Gros. J’ai envoyé un message au propriétaire de la base indiquée dans l’alerte. Il m’a répondu en me renvoyant sur une autre base où apparemment il y avait une confusion dans la copie de données : la seconde femme de Jacques PIGACHE, Gillette DANEL, était devenue la mère de Jacqueline… Et, cette information apparaît maintenant sur plus de 30 sites Geneanet.

A noter aussi dans les centièmes de 1569, trois PIGACHE dans l’Audomarois : Michel (Wardrecques), Jean (Hallines), Franchois (Quiestède). Le registre de Wizernes est manquant.

 

Cueilloirs de Blendecques

 

La découverte sur les PIGACHE (voir article du 5/7/2014) m’a amené à regarder à nouveau les cueilloirs de Blendecques. Dans la première liasse que j’ai consultée, il y avait plusieurs registres dont un comportant des index de tenancier. Il m’a paru intéressant de relever l’un d’entre eux

http://bchovaux.fr/Audomarois/Blendecques_2G2150.pdf

 

A noter que dans cet index, il apparaît des bourgeois de St-Omer (par exemple, les ROBERT, famille de bouchers) et quelques nobles (les REBECQUES, les DAVERHOULT, les NORTQUELMES,…). Et, il y a aussi dans ce registre une table donnant la valeur et la masse de différentes pièces de monnaies.

 

 

Une dispense de mariage disparue

Hier, un correspondant m’a envoyé un message concernant une dispense de mariage du 4ème degré de consanguinité figurant sur un acte de mariage de 1751 dans les BMS. Cette dispense, aujourd’hui disparue, avait été obtenue par François CARON et Marie Françoise ZUNNEQUIN. Il était remonté pour l’ascendance à Marie COCQUEMPOT, femme de Bertin GROU, et se demandais si elle n’était pas la sœur de la COCQUEMPOT figurant dans ma base Geneanet. Il y avait un problème, à savoir que Marie était fille de Jean COCQUEMPOT et de Marie LEFEBVRE alors que mon ancêtre présumé, épouse de François CARON, serait fille de Pierre COCQUEMPOT et de Péronne MAMETZ. J’emploie le conditionnel : la seule donnée dont je dispose est que Péronne MAMETZ, femme de de Denis CADART, avant son mariage à Pierre COCQUEMPOT était la grand-mère du fils de François CARON, qui se prénommait aussi François. Elle pouvait donc être la grand-mère paternelle ou la grand-mère maternelle. J’ai donc tenté de reconstituer l’ascendance du couple et trouver leurs arrière-grands-parents et déterminer lesquels avaient le même père ou la même mère. Dans un premier temps, cette recherche fut infructueuse : je n’avais pas dans mes différentes bases les parents de Catherine MOREL et sur la filiation de Catherine DUMONT, je ne disposais que du prénom du père, Guillaume. Dans les dispenses de l’évêché de Boulogne, qui ont été préservées et sont consultables aux Archives Départementales du Pas-de-Calais, plusieurs concernent les ZUNNEQUIN L’une d’entre elles me donnait les parents de Catherine MOREL et me permettait de remonter à Jacques BOULART, l’ancêtre commun de François CARON et Marie Françoise ZUNNEQUIN à la 5ème génération, d’où la nécessité d’une dispense de mariage. Ci-dessous une reconstitution de l’ascendance du couple :

 

N° Sosa/réf.

Nom

Conjoint

Génération1

2

François CARON

Marie Françoise ZUNEQUIN

3

Marie Françoise ZUNEQUIN

François CARON

Génération 2

4

Jacques CARON

Marie Catherine FAVEAU

5

Marie Catherine FAVEAU

Jacques CARON

6

Antoine ZUNEQUIN

Jeanne SENLECQ

 7

Jeanne SENLECQ

Antoine ZUNEQUIN

Génération 3

8

François CARON

Catherine DUMONT

9

Catherine DUMONT

François CARON

10

Jacques FAVEAU

Marie VASSEUR

11

Marie VASSEUR

Jacques FAVEAU

12

Jacques ZUNEQUIN

Catherine MOREL

13

Catherine MOREL

Jacques ZUNEQUIN

14

Pierre SENLECQ

Jenne GROU

15

Jenne GROU

Pierre SENLECQ

Génération 4

16

François CARON

? COCQUEMPOT

17

? COCQUEMPOT

François CARON

18

Guillaume DUMONT

  

19

  

Guillaume DUMONT

20

Gilles FAVEAU

Martine WINTREBERT

21

Martine WINTREBERT

Gilles FAVEAU

22

Marcq VASSEUR

Michelle BOULART

23

Michelle BOULART

Marcq VASSEUR

24

Pierre ZUNEQUIN

Jacqueline FOREST

25

Jacqueline FOREST

Pierre ZUNEQUIN

26

Nicolas MOREL

Marguerite BOULART

27

Marguerite BOULART

Nicolas MOREL

28

Marcq SENLECQ

Jenne CHOCQUEL

29

Jenne CHOCQUEL

Marcq SENLECQ

30

Bertin GROU

Marie COCQUEMPOT

31

Marie COCQUEMPOT

Bertin GROU

Génération 5

32

Jehan CARON

Marguerite BAUCHAN

33

Marguerite BAUCHAN

Jehan CARON

34

Pierre COCQUEMPOT

Péronne MAMETZ

35

Péronne MAMETZ

Pierre COCQUEMPOT

36

? DUMONT

?

37

?

? DUMONT

38

?

?

39

?

?

40

Wallerand FAVEAU

Guillemette COCQUEMPOT

41

Guillemette COCQUEMPOT

Wallerand FAVEAU

42

Philippe WINTREBERT

Jacqueline BOIDART

43

Jacqueline BOIDART

Philippe WINTREBERT

44

Pierre VASSEUR

Marie DUMONT

45

Jacques BOULART

Catherine LELEST

46

Catherine LELEST

Jacques BOULART

47

Marie DUMONT

Pierre VASSEUR

48

? ZUNEQUN

?

49

?

? ZUNEQUN

50

? FOREST

Marie MAMETZ

51

Marie MAMETZ

? FOREST

52

Pierre MOREL

?

53

?

Pierre MOREL

54

Jacques BOULART

Catherine LELEST

55

Catherine LELEST

Jacques BOULART

56

? SENLECQUE

?

57

?

? SENLECQUE

58

? CHOCQUEL

?

59

?

? CHOCQUEL

60

? GROU

?

61

?

? GROU

62

Jan COCQUEMPOT

Marie LEFEBVRE

63

Marie LEFEBVRE

Jan COCQUEMPOT

 

La plupart des données sont issues des contrats de mariage et de divers actes du Gros des Notaires de St-Omer.

(Avant de recopier et de publier ces données, merci de les vérifier : n’étant pas infaillible, je ne suis pas à l’abri d’une erreur.)

Les PIGACHE

Plusieurs cueilloirs de Bilques sont établis à partir d’un terrier de 1632 et comportent les mêmes informations (2G2260 à 2G2267). Seules différent les informations ajoutées en marge des articles. Sur l’un d’entre eux, il y avait es pages supplémentaires relatives à une dîme de la vicomté de Bilques et dont une partie se prenait à Blendecques. Et il y avait l’article suivant

François DU THILLOY par achat de Jan GUILLEMIN et Simonne PIGACE sa femme par avant Jacques PIGACHE, son père grand, pour six quartiers de prey par-delà de la grande rivière du côté vers soleil présentement ozière listant vers soleil à luy vers mer à Monsieur de Blendecques aboutant d’aval à la dite grande rivière d’amont à Damlle Susanne CASTELAIN Fief et seigneurie de Gondardennes (folio 48 – 326)

Jean GUILLEMIN et Simonne PIGAGHE font partie des ancêtres de ma grand-mère maternelle, Estelle DELAY. Et, jusqu’à présent, je n’avais rien trouvé sur les parents de Simonne PIGACHE. Les PIGACHE sont nombreux dans le secteur, en particulier à Wizernes et Wardrecques. L’acte le plus ancien relatif au couple GUILLEMIN x PIGACHE, qui résidait alors à Helfaut, trouvé dans le gros des Notaires de St-Omer et une rente créée le 23 mars 1624 avec Jehan LE WICQ, (n° 503). Une mention de cet acte figure dans l’obligation du 12/4/1658 (n° 165 – relevé d’Yves LEMAIRE)

Les PIGACHE font l’objet d’un chapitre dans un ouvrage généalogique ‘Les Familles Anciennes de l’Audomarois’, de Pierre DAUDRUY et Henri LORGE. Simonne n’était pas mentionnée parmi les descendants de Pierre PGACHE, qui avait parmi ses fils un Jacques, qui fut marié successivement à Jacqueline GUERBOIDE et Gillette DANEL. Le second mariage ayant eu lieu en 1588 (Cm du 18/10/1588), Gillette ne devrait pas être la mère de Simonne (1624 – 1588 : 36 ans d’écart *), d’où l’hypothèse que Jacqueline GUERBOIDE serait la grand-mère de Simonne.

Il me reste à trouver le père de Simonne. Parmi les fils de Jacques, bailli de Wizernes, il y avait Jehan, Vincent et Guillaume. Extrait de mon relevé de l’année 1611 du Gros

Rente n° 386 – 31/01/1611 – en mauvais état – Jehan PIGACHE, Marguerite DE FLECHIN, sa femme, Vincent et Guillaume PIGACHE, tous frères, laboureurs, demt à Wizernes (…) reçu comptant de Michiel DESMONS, notaire, demt en cette ville de St‐Omer (…)

 

(*) Sur ma base Geneanet, j’évite les dates ‘calculées’ non basées sur des âges figurant dans différents actes. Le risque d’erreur est en effet, élevé : ainsi, sur Geneanet, il est indiqué pour l’année de naissance de Simonne PIGACHE ‘vers 1625′, alors qu’elle crée avec son mari une rente en 1624.

Oublies blanches ou bizes

Après les registres de werps, je me suis lancé dans la relecture des terriers de Bilques. Lorsque je les avais regardés pour la première fois, j’étais à la recherche de connées sur les FLECHIN. Là grande difficulté était le grand nombre de FLECHIN avec quelques homonymes. Pour les distinguer, il y avait le prénom du père, Jacques ou Michel, et le lieu, Bilques ou Heuringhem. Ci-dessous l’introduction trouvée sur plusieurs registres/

Déclaration des terres et héritages que l’on dict les quiefs de Bilque tenues en fond de Messieurs Doien et Chapitre de l’Eglise Cathédrale de St-Omer gisant au terroir de Bilque, Heuringhem et Blendecque et à l’environ, lesquelles terres leur doibvent au jour St-Andrieu rente d’avoine et au jour St-Thomas le Martyr après Noël rente d’argent, chapons, glines et oublie et ceste à paine de trois sols parisis d’amende à chacun défaillans, et est à noter chacune oublie bize valloir douze deniers tournois, et deux oublies blanches valloir trois aultres bizes et les deux chapons blans valloir xxiiii s vallent trois autres chapons et chacun chapon vault viii s … et les glines iiii s et les oublies bizes vaillent xii deniers tournois.

(Terrier de Bilques – 2G2267 – Bibliothèque de St-Omer

Il n’est pas difficile de trouver la valeur d’une oublie blanche. Ce qui est un peu difficile est de trouver le sens du mot ‘oublie’.

Pour vous aider dans vos recherches http://micmap.org/dicfro/home/dictionnaire-godefroy

(Dans un autre dictionnaire, consultable à la Bibliothèque de Saint-Omer, j’ai trouvé une définition plus précise …)

Lectures d’été

Je viens de découvrir un ouvrage intéressant relatif à St-Omer pendant la Révolution. Il s’agit d’un document reproduisant des extraits d’un manuscrit de Louis Auguste DESCHAMPS DE PAS qui joua un certain rôle avant et pendant la Révolution. Comme ROBESPIERRE, il fut avocat ; mais, il resta à Saint-Omer durant la révolution et ne fut pas guillotiné. Cette autobiographie comporte beaucoup d’éléments sur la vie audomaroise et les évènements qui ont secoué Saint-Omer. Plusieurs pages détaillent les émeutes populaires, en particulier celles animées par la ‘colonelle’ VANDENBOSSCHE, des faubourgs.

J’ai recherché l’ouvrage sur Internet. Il n’apparaît pas sur Amazone ; mais, quelques exemplaires sont encore en vente par la société des Antiquaires de la Morinie (http://antiquairesdelamorinie.org/ antiq.morinie [at] orange.fr). Concernant Louis Auguste DESCHAMPS DE PAS, j’ai trouvé une page sur Wikipedia ; mais, elle était relative à son fils

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Auguste_Deschamps

Il est précisé dans la notice de Wikipedia

‘Il est le fils de Louis-Joseph-Auguste Deschamps, seigneur de Pas, né à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) le 20 décembre 1731 et décédé à Saint-Omer le 15 octobre 1811, conseiller au bailliage de Saint-Omer.’

Par ailleurs, je poursuis la rédaction de mes fiches généalogiques et d’établir celles des PAVY, MATTON et DELALEAU. En travaillant sur cette dernière, je me suis aperçu que je pouvais raccrocher à l’une de mes deux branches l’une de mes ancêtres potentielles, Florence DELALEAU, de Roquetoire. Geneanet m’aura permis de trouver des actes BMS ne figurant pas dans ma base et que j’ai pu vérifier sur le site des Archives Départementales du Pas-de-Calais (il était, en particulier, indiqué, sur un site la naissance de Louis DELALIAUX le 16/9/1697 à Racquinghem, et sur un autre, le même jour à Annezin ; le lieu était bien Annezin, dont le meunier était le père de Louis, Philippe).

LES MATTON

Une nouvelle fiche est disponible sur mon site http://bchovaux.fr/index.html :

http://bchovaux.fr/Noms/62-MATTON.pdf

(Son établissement m’a permis de constater une erreur dans ma base généalogique, Jeanne PERSONNE, femme de Nicolas MATON au lieu de Marie PERSONNE. Pourtant, dans mes notes prises à la Bibliothèque d’Aire, j’avais écrit Marie PERSONNE. Ma base est maintenant corrigée. Elle est aussi complétée par de nouvelles hypothèses, qui restent à valider).

Activités dominicales

Ce dimanche, j’ai terminé la mise en forme d’un relevé de personnes de trois registres de werps regroupés sos la cote 2G2271dans les Archives du chapitre de St-Omer :

http://bchovaux.fr/Audomarois/Werps-2G2271.pdf

Je me suis aussi livré à une étude graphologique. Un sujet ancien a, en effet, resurgi dans un fil du forum GenNPDC. Cela concerne un billet trouvé dans les registres d’Inghem et relatif à la famille MARTEL. J’avais publié, sur ce billet, le 08/10/2010, un article dans mon blog :

L’ascendance de Louis MARTEL

Dans ce fil, ce dimanche, un facsimilé de ce billet a été inséré. Je pouvais donc comparer ce billet aux actes des BMS d’Inghem qui sont maintenant en ligne. Les signatures sont à première vue similaires. J’ai d’abord cherché les majuscules. Une première constatation : le curé écrivait les patronymes sans les commencer par une majuscule… Parmi les différences, la principale portait sur l’écriture du mot ‘curé’ qui suivait systématiquement la signature du prêtre. Le ‘r’ n’est pas écrit de la même manière. Dans un commentaire à la publication de ce fil sur GenNPDC, il est observé que dans les registres BMS, un acte de mariage a été surchargé pour corriger Martel en Martel de Clère que, dans les confirmations, Martel de Clère a été ajouté d’une autre main.

Ci-dessous un arbre établi à partir de la reconnaissance du 30/6/1685, relevée par Yves LEMAIRE (Gros de St-Omer) :

1. Jan MARTEL, d’Inghem

1.1. Antoine MARTEL

1.1.1. Jan MARTEL, de Biencques (Pihem)

1.1.X. Marie Anne, Marie Fhoise, Jenne, Chrestienne et Jenne Thérèse MARTEL

1.2. + Gilles MARTEL x Marie LIEUX

1.2.1. Andrieu MARTEL

1.2.1.1. Mahieu

1.2.2. Anne x N THIBAU

1.2.2.1. Jan

1.3 Péronne MARTEL x (François) ROBBE

1.3.1. Gilles ROBBE

1.3.2. Liévin ROBBE

1.3.3. Marguerite ROBBE, veuve de François MOREL

(Je descends de Liévin ROBBE, fils de Péronne MARTEL et cousine, par conséquent, avec Louis MARTEL)

En généalogie, il faut, comme dans tous les autres domaines, être critique.

Prisonnier en Angleterre

Dans un des registres aux werps de la seigneurie de Bilques, figure un acte relatif à un habitant de Heuringhem, qui avait été emprisonné en Angleterre. Ci-dessous le relevé d’une partie de cet acte.

Comparut en sa personne Guillaume SELINCART laboureur demeurant au village de Heuringhem et présentement étant en cette ville de St-Omer et a reconnu que, pour son profit et subvenir avec mesure à ses affaires et nécessités pour son rachat de prison où il avait été étroitement détenu en la ville de Callays (Calais) à la requête d’un nommé Jehan HANON demeurant en Angleterre lez le dit Callays vers lequel par sentence rendue par messieurs de la Loy du dit Callays il avait été condamné en la somme de 100 écus 15 sols avec des frais et mises de justice pour les dépenses de prison, à quoi il sait satisfaire sans l’aliénation d’aucun de ses biens et héritages, parmi et moyennant la somme de 2 sols au denier à Dieu et 50 sols au vin de marché, et pour principaux deniers la somme de sept vingt auatre florins (…) reconnu par devant Jehan DE MAMEZ, lieutenant du bailli, Jehan LE BINDRE, mayeur, Anthoine LE BINDRE, Pierre DE BERSACQUES, Martin DE WAVRANS, échevins de cette seigneurie le 6/1/1555.

(Archives du Chapitre de St-Omer – 2G2271- folio 38 verso)

C’était avant la reconquête de Calais par le roi de France en 1558.

(Un ouvrage ‘Calais et le Pays Reconquis en 1584’ va être prochainement publié par le Cercle d’Etudes Pays Boulonnais – Bon de souscription sur http://cepb.info/index.html )