Oublies blanches ou bizes

Après les registres de werps, je me suis lancé dans la relecture des terriers de Bilques. Lorsque je les avais regardés pour la première fois, j’étais à la recherche de connées sur les FLECHIN. Là grande difficulté était le grand nombre de FLECHIN avec quelques homonymes. Pour les distinguer, il y avait le prénom du père, Jacques ou Michel, et le lieu, Bilques ou Heuringhem. Ci-dessous l’introduction trouvée sur plusieurs registres/

Déclaration des terres et héritages que l’on dict les quiefs de Bilque tenues en fond de Messieurs Doien et Chapitre de l’Eglise Cathédrale de St-Omer gisant au terroir de Bilque, Heuringhem et Blendecque et à l’environ, lesquelles terres leur doibvent au jour St-Andrieu rente d’avoine et au jour St-Thomas le Martyr après Noël rente d’argent, chapons, glines et oublie et ceste à paine de trois sols parisis d’amende à chacun défaillans, et est à noter chacune oublie bize valloir douze deniers tournois, et deux oublies blanches valloir trois aultres bizes et les deux chapons blans valloir xxiiii s vallent trois autres chapons et chacun chapon vault viii s … et les glines iiii s et les oublies bizes vaillent xii deniers tournois.

(Terrier de Bilques – 2G2267 – Bibliothèque de St-Omer

Il n’est pas difficile de trouver la valeur d’une oublie blanche. Ce qui est un peu difficile est de trouver le sens du mot ‘oublie’.

Pour vous aider dans vos recherches http://micmap.org/dicfro/home/dictionnaire-godefroy

(Dans un autre dictionnaire, consultable à la Bibliothèque de Saint-Omer, j’ai trouvé une définition plus précise …)

Lectures d’été

Je viens de découvrir un ouvrage intéressant relatif à St-Omer pendant la Révolution. Il s’agit d’un document reproduisant des extraits d’un manuscrit de Louis Auguste DESCHAMPS DE PAS qui joua un certain rôle avant et pendant la Révolution. Comme ROBESPIERRE, il fut avocat ; mais, il resta à Saint-Omer durant la révolution et ne fut pas guillotiné. Cette autobiographie comporte beaucoup d’éléments sur la vie audomaroise et les évènements qui ont secoué Saint-Omer. Plusieurs pages détaillent les émeutes populaires, en particulier celles animées par la ‘colonelle’ VANDENBOSSCHE, des faubourgs.

J’ai recherché l’ouvrage sur Internet. Il n’apparaît pas sur Amazone ; mais, quelques exemplaires sont encore en vente par la société des Antiquaires de la Morinie (http://antiquairesdelamorinie.org/ antiq.morinie [at] orange.fr). Concernant Louis Auguste DESCHAMPS DE PAS, j’ai trouvé une page sur Wikipedia ; mais, elle était relative à son fils

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Auguste_Deschamps

Il est précisé dans la notice de Wikipedia

‘Il est le fils de Louis-Joseph-Auguste Deschamps, seigneur de Pas, né à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) le 20 décembre 1731 et décédé à Saint-Omer le 15 octobre 1811, conseiller au bailliage de Saint-Omer.’

Par ailleurs, je poursuis la rédaction de mes fiches généalogiques et d’établir celles des PAVY, MATTON et DELALEAU. En travaillant sur cette dernière, je me suis aperçu que je pouvais raccrocher à l’une de mes deux branches l’une de mes ancêtres potentielles, Florence DELALEAU, de Roquetoire. Geneanet m’aura permis de trouver des actes BMS ne figurant pas dans ma base et que j’ai pu vérifier sur le site des Archives Départementales du Pas-de-Calais (il était, en particulier, indiqué, sur un site la naissance de Louis DELALIAUX le 16/9/1697 à Racquinghem, et sur un autre, le même jour à Annezin ; le lieu était bien Annezin, dont le meunier était le père de Louis, Philippe).

LES MATTON

Une nouvelle fiche est disponible sur mon site http://bchovaux.fr/index.html :

http://bchovaux.fr/Noms/62-MATTON.pdf

(Son établissement m’a permis de constater une erreur dans ma base généalogique, Jeanne PERSONNE, femme de Nicolas MATON au lieu de Marie PERSONNE. Pourtant, dans mes notes prises à la Bibliothèque d’Aire, j’avais écrit Marie PERSONNE. Ma base est maintenant corrigée. Elle est aussi complétée par de nouvelles hypothèses, qui restent à valider).

Activités dominicales

Ce dimanche, j’ai terminé la mise en forme d’un relevé de personnes de trois registres de werps regroupés sos la cote 2G2271dans les Archives du chapitre de St-Omer :

http://bchovaux.fr/Audomarois/Werps-2G2271.pdf

Je me suis aussi livré à une étude graphologique. Un sujet ancien a, en effet, resurgi dans un fil du forum GenNPDC. Cela concerne un billet trouvé dans les registres d’Inghem et relatif à la famille MARTEL. J’avais publié, sur ce billet, le 08/10/2010, un article dans mon blog :

L’ascendance de Louis MARTEL

Dans ce fil, ce dimanche, un facsimilé de ce billet a été inséré. Je pouvais donc comparer ce billet aux actes des BMS d’Inghem qui sont maintenant en ligne. Les signatures sont à première vue similaires. J’ai d’abord cherché les majuscules. Une première constatation : le curé écrivait les patronymes sans les commencer par une majuscule… Parmi les différences, la principale portait sur l’écriture du mot ‘curé’ qui suivait systématiquement la signature du prêtre. Le ‘r’ n’est pas écrit de la même manière. Dans un commentaire à la publication de ce fil sur GenNPDC, il est observé que dans les registres BMS, un acte de mariage a été surchargé pour corriger Martel en Martel de Clère que, dans les confirmations, Martel de Clère a été ajouté d’une autre main.

Ci-dessous un arbre établi à partir de la reconnaissance du 30/6/1685, relevée par Yves LEMAIRE (Gros de St-Omer) :

1. Jan MARTEL, d’Inghem

1.1. Antoine MARTEL

1.1.1. Jan MARTEL, de Biencques (Pihem)

1.1.X. Marie Anne, Marie Fhoise, Jenne, Chrestienne et Jenne Thérèse MARTEL

1.2. + Gilles MARTEL x Marie LIEUX

1.2.1. Andrieu MARTEL

1.2.1.1. Mahieu

1.2.2. Anne x N THIBAU

1.2.2.1. Jan

1.3 Péronne MARTEL x (François) ROBBE

1.3.1. Gilles ROBBE

1.3.2. Liévin ROBBE

1.3.3. Marguerite ROBBE, veuve de François MOREL

(Je descends de Liévin ROBBE, fils de Péronne MARTEL et cousine, par conséquent, avec Louis MARTEL)

En généalogie, il faut, comme dans tous les autres domaines, être critique.

Prisonnier en Angleterre

Dans un des registres aux werps de la seigneurie de Bilques, figure un acte relatif à un habitant de Heuringhem, qui avait été emprisonné en Angleterre. Ci-dessous le relevé d’une partie de cet acte.

Comparut en sa personne Guillaume SELINCART laboureur demeurant au village de Heuringhem et présentement étant en cette ville de St-Omer et a reconnu que, pour son profit et subvenir avec mesure à ses affaires et nécessités pour son rachat de prison où il avait été étroitement détenu en la ville de Callays (Calais) à la requête d’un nommé Jehan HANON demeurant en Angleterre lez le dit Callays vers lequel par sentence rendue par messieurs de la Loy du dit Callays il avait été condamné en la somme de 100 écus 15 sols avec des frais et mises de justice pour les dépenses de prison, à quoi il sait satisfaire sans l’aliénation d’aucun de ses biens et héritages, parmi et moyennant la somme de 2 sols au denier à Dieu et 50 sols au vin de marché, et pour principaux deniers la somme de sept vingt auatre florins (…) reconnu par devant Jehan DE MAMEZ, lieutenant du bailli, Jehan LE BINDRE, mayeur, Anthoine LE BINDRE, Pierre DE BERSACQUES, Martin DE WAVRANS, échevins de cette seigneurie le 6/1/1555.

(Archives du Chapitre de St-Omer – 2G2271- folio 38 verso)

C’était avant la reconquête de Calais par le roi de France en 1558.

(Un ouvrage ‘Calais et le Pays Reconquis en 1584’ va être prochainement publié par le Cercle d’Etudes Pays Boulonnais – Bon de souscription sur http://cepb.info/index.html )