LES DELEPOUVE (suite)

Je viens de terminer la mise à jour de la fiche sur les DELEPOUVE. Cette fois, au lieu de me limiter aux seules lignées de mon arbre généalogique, je me suis intéressé à l’ensemble des DELEPOUVE du 15ème au 18ème siècle. Pour les identifier, j’ai d’abord utilisé Geneanet en me limitant aux données vérifiables , c’est-à-dire comportant au moins une référence à un acte BMS vérifiable sur les sites en ligne. J’en ai vérifié un certain nombre : mais j’ai aussi fait confiance à des généalogistes dont je connais le sérieux des recherches et avec lesquels j’ai déjà correspondu. J’ai ensuite les relevés de BMS et ceux du Gros de Saint-Omer dont je disposais.

Cette recherche a conforté mon hypothèse sur l’origine géographique des DELEPOUVE, ou DELPOUVE, à savoir Remilly-Wirquin et la ferme d’en haut.

Il est toutefois impossible de relier toutes les branches étudiées. Avant les centièmes de 1569 qui permettent d’identifier toutes les familles d’Artois, hormis les communautés ou paroisses dont les registres ont disparu (Saint-Omer, Pihem, Roquetoire, …), il y a peu d’archives disponibles. Il y a toutefois les cueilloirs des archives du Chapitre de Saint-Omer dans lesquels l’on trouve beaucoup d’informations sur les DELEPOUVE de Cléty. Et quelques pièces du Cartulaire de l’abbaye Saint-Bertin relatifs à Herbelles (les archives de l’abbaye ont malheureusement été détruites lors de l’incendie des Archives Départementales du Pas-de-Calais durant la Grande Guerre).

Ce travail sur les DELEPOUVE est loin d’être terminé. Il y a encore des DELEPOUVE non rattachés, en particulier quelques-uns énumérés par Jean-François RAVAUT, dans son article sur les DELEPOUVE paru en 1997 dans les Dossiers Généalogiques du Comité d’Histoire du Haut Pays.

 

http://bchovaux.fr/Noms/62/DELEPOUVE.pdf

Une indication erronée sur les site des Archives du Nord

Une alerte Geneanet m’avait donné il y a quelques semaines une piste sur l’ascendance de l’un de mes ancêtre, Antoine LECLUSE, dont Marie Marguerite, qui avait épousé François Théodore PAVY, était la petite-fille. Cette piste m’amenait à Merville. J’avais pu vérifier les dates de BMS indiquées sur le site que Geneanet me signalait. J’ai ainsi retrouvé la date du mariage, le 27/08/1605 à Merville de Pierre DE LE CROIX et de Chrestienne DE LESCLUSE, qui serait la tante d’Antoine. Sur Geneanet, il était indiqué que le père de Chrestienne, Jean DE LESCLUSE, était présent.

Problème, sur le site en ligne des Archives Départementales du Nord, la date du mariage apparaissait dans une table de mariage avec comme seule indication le nom des mariants. Je suis donc mis en rapport avec le généalogiste qui avait publié sur Internet cette ascendance LESCLUSE. Aujourd’hui, de retour de vacances, il m’a communiqué ce qu’il avait trouvé sur un relevé du cercle de Généalogie de Merville et où le père du mariant figurait.

J’ai de nouveau consulté le site des Archives Départementales du Nord

MERVILLE > 5 Mi 037 R 024

 

Cette fois, j’ai attentivement regardé le microfilm . En fait, il y avait des actes antérieurs à 1606 et l’acte relevé par le cercle de Merville donnait effectivement le nom du père de la mariée.

 

Concernant cette famille, sur Geneanet, des incohérences apparaissent entre les données des différents sites : La mère présumée de Laurent et de Chrestienne aurait eu des enfants de deux lits distincts ente 1580 et 1623.

Erreurs sur Internet

Une alerte de Geneanet vient de me présenter ma Sosa 1317, Marie DECROCQ (ou DECROCK) comme fille de Charles née le 17 octobre 1612 à Hondeghem (59). Sur un site, il est même fait référence à la vue du microfilm des Archives Départementales du Nord sur laquelle se trouve l’acte. En consultant le site des AD, j’ai effectivement trouvé l’acte ; mais Marie était en fait fille d’Eustache.

Sur l’un des sites, des données issues du site Geneanet de Christian VANTOURS étaient reprises. Ces données ne permettent pas d’établir un lien entre les DE CROCK d’Ebblinghem que Christian VAN TOURS suppose originaire de Borre et ceux de Hondeghem. Et, il s’agit d’un essai de reconstitution de la famille de Marie DE CEROCQ, l’épouse de Charles WARYN, en se basant sur des actes des registres BMS d’Ebblinghem.

J’ai alors entrepris de recenser les DE CROCQ de Hondeghem dont les registres BMS comportent une table de récapitulation 1570-1665. J’ai ainsi pu facilement retrouver les actes de baptêmes suivants

  • 1593 – 12 août (vue 67), Elizabet, fille de Jean et de Marguerite – PM : Jean DU HAMEL et Elizabet du .. PRI. ?)
  • 1594 – 26 décembre (vue 70), Adrienne, fille de Jean et de Marguerite – PM : Jean VAN DER … et Adrienne POMAERT
  • 1604 – 11 mars – Jacques, fils de Jacques et de Carola – PM : Jacques DE ROEDDERE et Marie …(CLAYS ?) de Hazebrouck
  • 1607 – 9 juin (186) Pierre, fils de Jacques et de Colarda – PM : Pierre BERTELOOT et Jacqueline GHYS, fille
  • 1608 – 17 janvier (188) Matthieu, fils de Charles et de Marguerite- PM : Guillaume DE CROCK et Marie fille de Jacques MASSIET
  • 1610 – 27 janvier (192) Jacques, fils d’Eustache et de Jacqueline – PM : Philippe VAN DAELE et Jacqueline, femme de Nicaise CAE…
  • 1610 – 25 août (194) Jacques, fils de Jacques et de Colarda – PM : Martin … et Jacqueline femme de Mathieu …
  • 1612 – 17 octobre (200) Marie, fille d’Eustache et de … (Marie ?) – PM : Jean COPPER et Marie VAN DAELE veuve de Philippe VAN DAELE.
  • 1614 – 20 décembre (205) Jeanne et Catherine, filles d’Eustache et de … (Marie ?) – PM : Gilles SPANEUT et Jeanne, fille de Nicaise CAEWEL / Pierre … et Catherine …
  • 1616 – 27 août (209) Adrien, fils d’Eustache et de … (Marie ?) – PM : Adrien … et Catherine VAN DAELE, femme de Mathieu VAN DAELE
  • 1616 – 9 décembre (210) Chrestienne, fille de … (Charles ?) et de marie – PM Guillaume de GHEUZER et Catherine …
  • 1621 – 13 juin (222) Marie, fille de Charles et de Marie – PM : Matthieu DE ZOTTHERE et Chrestienne, fille d’Erasme …
  • (Les registres entre 1622 et 134 ont brûlé…)
  • 1636 – 9 mars (25) Théodore, fils de Charles et de Bauldine …
  • 1643 – 13 mars (82) Jacques, fille de Jacques et de Martine … (.OLA. ?) – PM : Jacques DE RUDDERE senior et Barbe, femme de Mathieu GHYS.

Aucun lien apparent avec les DE CROCQ figurant sur les actes BMS d’Ebblinghem.

 

Il n’est pas évident de retrouver le généalogiste qui est à l’origine de l’erreur sur l’acte de Marie, fille d’Eustache. Cet exemple monte aussi que, même s’il est indiqué un numéro de vue issu des sites numériques des Archives Départementales, il faut vérifier avant de recopier et s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une homonymie.

(Du fait de la recopie intensive par certains, Geneanet comporte maintenant un grand nombre d’erreurs et rares, parmi les dizaines reçus chaque semaine, sont les alertes Geneanet, qui me mettent sur la voie de nouveaux ancêtres).

La seigneurie de Hallines

Aux Archives Départementales du Pas-de-Calais, j’ai découvert un rapport de dénombrement trouvé en 1966 au presbytère de Houlle. Ce rapport m’a de suite intéressé : plusieurs des tenanciers, dont Marie BAUCHAN, veuve de Lambert CADART, faisaient partie de mes ancêtres .

Jusqu’à présent, je m’étais peu intéressé à Hallines. Mes recherches généalogiques ne m’avaient jamais amené à consulté les registres BMS, dont les actes sont postérieurs à 1676. Pourtant Hallines était limitrophe de Pihem, une paroisse sur laquelle j’avais beaucoup travaillé.

Je me suis mis à la recherche de documents sur Hallines ce qui m’amena à consulter le catalogue en ligne de la Bibliothèque de St-Omer, ce qui m’a amené à une publication de Véronique FLAMMANG dans laquelle figurait une transcription d’un rapport de Guillaume CRAYE, seigneur de Hallines, rapport établi en 1440.

Il en a résulté la note que je viens de sur mon site :

http://bchovaux.fr/Lieux/Divers/Hallines.pdf

Les fiefs de Damoiselle de l’Espinoy

Un nouveau relevé

http://www.bchovaux.fr/Lieux/Pihem/Lespinoy.pdf

 

En consultant un inventaire des Archives Départementales du Pas-de-Calais, lors d’une recherche sur Hallines, j’ai trouvé un document sur Pihem, la copie d’un rapport de dénombrement de Damoiselle de LESPINOY, datant de 167. Et, en relevant ce document, je me suis aperçu que ce rapport étais inclus dans le terrier de 1708 ; mais que, lorsque j’avais travaillé sur ce terrier, au début de ma retraite, il y a maintenant plus de 10 ans, je n’avais fait qu’un relevé sommaire en notant seulement les noms des tenanciers de Damoiselle de Lespinoy

Dans la partie que je n’avais pas analysée, il y avait un passage sur la mise en cause d’une prérogative la nomination des échevins. En fait, ce droit revenait au détenteur du fief de Lespinoy, du fait de la seigneurie de Hallines dont dépendait foncièrement le fief de Lépinoy.

A l’époque, je découvrais la complexité du système féodal, une terre pouvait dépendre foncièrement d’un seigneur et vicomtièrement d’un autre seigneur. Ainsi, une partie de Biencques – Pihem était l’une des propriétés foncières du chapitre de St-Omer (d’où la présence de nombreux documents sur Pihem dans les archives du Chapitre conservées à la Bibliothèque de St-Omer – la série 2G).

La fonction de mayeur apparaît dans le préambule du terrier de 1708. Le rapport de la Damoiselle de Lespinoy détaille les revenus résultant de cette charge.

Une question dont la réponse ne me paraît pas évidente : pourquoi la mayeurie s’étendait-elle à des quiefs de Gondardennes et de Wizernes ?

Dans le préambule du terrier de 1708, il y a cet article suivant

ii

Mais, davantage, elle se comprend et s’étend sur plusieurs membres et lieux au dehors de la dite paroisse, tels que sur des biens et héritages féodaux tant nobles et seigneuriaux qu’autres, à savoir es villages et terroir du dit Helfaut, Blendecques, Gondardennes, Wizernes, Wisques, Cohem, Arques et autres lieux circonvoisins, comme il paraît par tous les titres et enseignements anciens et modernes de la dite Terre et Seigneurie de Bienques et Pihem et qu’il est de notoriété publique, et desquels fiefs seigneuriaux et autres en sera fait plus ample mention dans les rapports à bailler par les propriétaires et possesseurs d’iceux

 

Dans les statistiques féodales de Justin de Pas-Calais, plusieurs mayeuries sont mentionnées en plus de celle Bientques : Bilques, Helfaut, Heuringhem, Tatinghem, Wardrecques, Dohem. Dans les relevés du Gros de St-Omer, apparaissent dans d’autres localités comme Ecques. A St-Omer, le mayeur est élu par les échevins de la ville après avis du Bailly (Pagart d’Hermansart – le Baillage de St-Omer).