Ecoles de St-Omer

La semaine prochaine, c’est la rentrée scolaire. Ci-dessous un extrait d’un rapport que je viens de relever dans le cadre de mes recherches sur les écoles de ST-Omer

Lundi dernier, 21 courant, à la classe du matin, le frère qui tient la 3ème classe, celle des commençants, a fait venir près de lui un élève nommé Oscar VERHEE, pour lui donner, a-t-il dit, une correction, c’est-à-dire, pour le frapper un certain nombre de fois dans la main avec une baguette. On m’a dit qu’il employait très souvent ce mode de correction. L’enfant, après avoir subi sa punition s’est retiré en appelant le frère vieille cornaille (vieille corneille). Celui-ci que ce mot avait sans doute rendu furieux, s’est élancé sur cet enfant âgé de 8 ans, et l’a frappé si vigoureusement à la tête avec la baguette et avec les mains que la tête du pauvre enfant est restée couverte de contusions. Je l’ai vu ce matin, et bien qu’il y ait déjà trois jours d’écoulés, il a encore le dessous des yeux, les oreilles et les deux côtés de la tête vers les tempes couvertes de grandes tâches noires. Il semblait aussi souffrir de meurtrissures dans la partie couverte par les cheveux.

(Extrait d’un rapport de l’inspecteur primaire de St-Omer en date du 24 mai 1872 – AD62)

A l’époque, les punitions corporelles étaient déjà strictement interdites.

Autre élément découvert cette semaine.

Dans le cadre de ces recherches, j’ai voulu disposer d’une statistique de la population de St-Omer au début du 19ème siècle et, pour ce faire, procéder à un relevé d’un des recensements disponibles sur le site des Archives Départementales du Pas-de-Calais. L’année choisie pour ce travail fut 1831. Si pour le canton Nord, j’ai procédé à un relevé complet, pour le canton Sud, je me suis limité à l’âge, la profession et le sexe, ainsi que le rang dans le registre, comme je l’avais aussi fait pour le canton Nord, ce qui me permettait de vérifier que je ne sautais pas une ligne. Il y avait quelques erreurs dans les registres, des numéros de rang en double ou manquants ; mais ce qui m’a surpris, c’est de constater que l’on passait dans le canton nord du n° 7547à 7748, et dans le canton sud du n° 5354 à 5455. Aucune page ne manquait. A la bibliothèque de St-Omer, un double de registres de recensement est conservé. En voulant vérifier, j’ai constaté que seules quelques années étaient en fait conservées, dont 1829. Une comparaison entre le registre consultable à Arras et celui qui se trouve aux Archives Départementales, aucune différence n’apparaît, exception faite de la mise en page. Ce qui m’a par contre frappé, c’était la variation du nombre d’habitants, celui de 1831 étant nettement inférieur à celui de 1829 ; mais, les règles du recensement n’étaient plus les mêmes : les personnes de passage à St-Omer n’étaient plus comptabilisées…

Une question que je me pose : ces erreurs sont-elles involontaires ou avaient-elle pour objet une manipulation des statistiques, à savoir, montrer que le nombre d’habitants était supérieur au seuil des 19000…