Les PEPPIN (suite) – Les erreurs

Comprendre une erreur présente toujours un intérêt (l’épistémologie m’a toujours passionné). Dans le cas des PEPPIN, je souviens de la démarche qui m’avait amené à considérer que je descendais de Gilles PEPPIN, fils de Louis et de Nicolle DE POIX et mari de Claire LAMBRECHT. J’avais établi que Jehenne PEPPIN, mariée à Mathieu BERTOUL, était fille de feu Louis et Jehenne DOLHAIN en trouvant un contrat de mariage dans les Insinuations du Boulonnais. J’ai alors consulté la liasse PEPPIN dans le fonds NOIRCARMES, conservé à la Bibliothèque de St-Omer (VIOLETTE DE NOIRCARMES était un généalogiste du début du 20ème siècle). Le couple BERTOUL x PEPPIN n’apparaissait pas ; mais apparaissait Louis, Sr de Bardoul, fils de Gilles. J’avais alors repris son ascendance dans ma généalogie. Dans les relevés des contrats de mariage du Gros de St-Omer par Philippe DERIEUX, période 1550-1600, ce Gilles apparaissait comme bailli de l’abbaye de Clairmarais. Comme, dans Noircarmes, il n’y avait rien au-dessus du père de Gilles, j’ai considéré qu’il n’était pas évident de remonter et n’ai pas poursuivi mes recherches. J’avais noté les deux titres : Louis, Sr de Bardoul, et Louis, Sr de Foursarmes ; mais je n’avais pas prêté grande attention.

Après mes dernières recherches sur l’ascendance de Gilles, j’ai voulu établir une fiche sur les BERTOUL et les PEPPIN, ce qui m’a amené à m’apercevoir que je ne disposais pas d’actes sur la filiation de Louis, Sr de Foursames. Et la reconstitution de la descendance de Gilles montrait qu’il était père de Louis, Sr de Bardoul, et de Nicolle DE POIX, ce dernier étant père d’un Gilles, Sr de Bardoul… Les fiefs « Bardoul » et « Foursarmes » figurent dans les statistiques féodales de Justin de PAS. J’avais consulté les deux premiers tomes des statistiques ; mais, je n’avais pas lu les articles « Foursarmes » des deux derniers tomes. Il y avait deux branches distinctes. En 1586 ‘Cm du 11/10/1586 – acte 23), il y eut une alliance entre les deux familles : Philippe PEPPIN, Sr de Picquendalle, le beau-frère de Jehenne, a épousé Claire DE POIX, fille d’Anthoinette PEPPIN, et cousine de Gilles PEPPIN, Sr de Bardoul.

Ce faisant, je me suis aussi aperçu d’une erreur dans les notes de NOIRCARMES, à savoir une confusion entre deux Louis, le père de Gilles, mari de Claire LAMBRECHT, et le fils de ce Gilles, l’épouse de ce second Louis, Nicolle DE POIX, étant associée à son grand-père (voir photo dans le précédent article).

Les informations recueillies sur la branche Bardoul ne sont pas inutiles. Elles font apparaître que Robert PEPPIN, dont est issue la branche, est originaire de Bourecq, près de Lillers, et que sa femme avait des biens à Tatinclau (Nédonchel). Il faudrait voir si elle est liée aux autre PEPIN de St-Omer et à la branche Foursames.

Une erreur permet-elle de progresser dans une recherche ?

Il faut d’abord pouvoir la détecter, ce qui implique de poursuivre la recherche de nouvelles informations et de les confronter à celles déjà trouvées. Il ne me semble pas que ceux qui ne font que recopier des branches des généalogies publiées, sans procéder à la moindre vérification, soient en mesure de mettre en évidence une erreur. Pour certains, c’est un moyen de croire qu’ils descendent de Charlemagne (ou de Pépin le Bref), alors qu’il est beaucoup plus probable qu’ils descendent de serfs et de quelques nobliaux. Résultat : iI est maintenant difficile de trouver une donnée fiable dans les bases généalogiques d’Internet. Le dernier exemple trouvé est ‘Noémie’ MARISSAL, épouse de Pierre PIGACHE, qui apparaît sur des dizaines de sites Internet et que j’ai découverte, après, avoir trouvé, dans un cueilloir des archives de la Bibliothèque de Saint-Omer, une mention sur le grand-père paternel de Simonne PIGACHE, épouse de jean GUILLEMIN. Les PIGACHE font partie des familles étudiées par Henri LORGE et Pierre DAUDRUY. Une hypothèse avancée par les auteurs des ‘Familles Anciennes de l’Audomarois’ est que Pierre PIFGCHE serait le père de 3 frères dont la généalogie est détaillée dans l’ouvrage. Comme les auteurs, je n’ai pas trouvé d’éléments permettant d’être certain de la filiation. Il y a quelques actes notariés les mentionnant avec Pierre, mais le lien de parenté n’est pas indiqué. Et, les PIGACHE étaient nombreux dans le secteur. Concernant ‘Noémie’, un contrat de mariage du Gros de St-Omer, relevé par Philippe DERIEUX, en date du 17/09/1566 (n°8), un Pierre PIGACHE apparaît comme beau-frère de Simon MARISSAL, d’où l’hypothèse qu’il était mariée à une MARISSAL que certains ont noté ‘N’ (*). Dans une rente d 1567 (n°37), aussi relevée par Philippe DERIEUX, figure le couple Pierre PIGACHE x Nicolle MARISSAL. Nicolle est, à l’époque, un prénom courant dans l’Audomarois, alors que je n’ai jamais vu de Noémie.

 

* J’avais aussi un ancêtre dont je ne connaissais pas le prénom et pour lequel j’avais mis comme dans certains actes ‘N’, et je l’ai recopié dans une base Geneanet avec comme prénom Nicolas. Le propriétaire de la base, avec lequel j’ai correspondu, avait recopié mes données et transformé le ‘N’ en Nicolas.