Lettre de rémission de Mahieu LE BLOCQ

Actuellement, je recherche aux Archives Départementales du Nord les lettres de rémission concernant mes ancêtres ou leurs collatéraux, ce qui m’a amené à prendre connaissance de l’une d’entre elles dont j’ai relevé une partie

B1748 – Année 1537 – vue 24

Charles etc…, savoir faisons à tous présents et à venir, nous avons reçu l’humble supplication de Mahieu LE BLOCQ, fils de feu Jehan, pauvre homme de labeur, demeurant au village de Bilcques en notre baillage de St-Omer, contenant comme le dimanche par avant le jour de Noël dernier passé de l’an 1536, environ 8 à 9 heures du soir, lui étant à la porte de sa maison, devisant avec sa femme et Baudin PIERS sans penser à autre chose, entendant au logis de Porrus DE BERSACQUES , son prochain voisin, des compagnons qu’il ne connaissait pas et qui, contrefaisant les gens de guerre, demandèrent de la tarte ou de l’argent, si non ils abattent la porte. Ce qu’entendant, ledit remontrant, sachant que ladite femme dudit Porrus était seule avec sa meschine et que lesdits compagnons criaient ‘France’ ‘France’, sortit sa maison et se dirigea vers lesdits compagnons, muni seulement d’une fourche pour savoir qui ils étaient ; il les aborda et leur demanda qui est le frère, lequel lui répondit (…) disant morbieu en veut ta … (pler) et dégaina son épée de laquelle il porta plusieurs coups que ledit LE BLOCQ détourna du mieux qu’il put et, voyant que ledit compagnon se préparait à l’outrager ; lui avait de sadite fourche donné un coup ou deux . (Le compagnon blessé alors parla) et auxquelles paroles qu’ il entendit, il sut que c’était un nommé Lambert LE BOSQUERE et lui demanda que, s’il était blessé, il vienne avec lui et qu’il lui baillerait un restraintif, ce que ne voulut pas ledit Lambert, qui s’en alla où bon lui sembla (…), de laquelle bleschure … ou autrement

(Lambert LE BOSQUERE décéda trois semaines après et Mahieu Le BLOCQ s’enfuit du bailliage de St-Omer pour éviter la rigueur de la Justice. La rémission lui fut accordée en août 1537, avant de demander la rémission)

Comme cette lettre datait de 1537, après avoir procédé à ce relevé, lesouvrage de Jean-Marc DISSAUX, ‘La guerre de 1537 en Artois’ et ‘La guerre de 1542 en Artois’, publiés par l’association Alpha, dans lequel se trouve la transcription des enquêtes, ordonnées par l’empereur Charles Quint, comte d’Artois, et relatives aux destructions résultant de la guerre avec les Français. Le rapport de 1537 détaille les pertes et dommages subis par les habitants de Bilcques ‘très le commenchement d’icelle par les incursions et pilleries que faisoient journellement audict lieu les gens de guerre franchois tenans garnison en la dicte ville de Thérouanne’ (la ville de Thérouanne était alors une enclave française dans le comté d’Artois). Et, dans celui de 1542, l’un des trois rapporteurs, était Mahieu LEBLOCQ, ‘labourier, eagé de quarante et ung ans’. Ce rapport était suivi de celui de Helfaut (les communes de Helfaut et de Bilques ont fusionné vers 1820). Et, l’un des rapporteurs était Mahieu LEBLOCQ, demeurant à Bilques.

Dans les Comptes d’Anniversaire du chapitre de St-Omer, conservés à la Bibliothèque de Saint, il apparaît deux Mahieu LE BLOCQ, l’un de Bilques, l’autre de Helfaut ; ce denier étant l’un de mes ancêtres. Y avait-il un lien entre les deux Mahieu ? En recherchant dans mes notes, j’avais relevé dans les registres aux werps du chapitre, un certain nombre d’informations sur les LE BLOCQ (voir sur mon site

Le registre 2G2270 (1526-1545)

Mahieu de Bilques était le neveu de Mahieu de Helfaut. Il était en outre marié à Jehanne ALHOY. Porrus de BERSACQUES, son voisin le plus proche, et Baudin PIERS étaient aussi mentionnés dans ces registres.