Ysabel DE BEAUVAIS, veuve de Lionnel CADDART

 

En recherchant une source citée par Justin DE PAS, j’ai découvert, dans les archives du Chapitre de St-Omer (liasse 2G2731) un acte de 1503 qui donnait le nom de l’épouse d’un Lionnel CADART. Dans ma généalogie, figurait un Lion CADART, fils d’Adam et petit-fils d’un autre Lion CADART ; mais, je n’avais pu identifier sa femme.

La liasse contenait l’originale et une copie qui a dû être établie au 18ème siècle. Il a été pour moi plus simple de transcrire la copie que l’acte original. J’ai toutefois noté quelques écarts entre les deux documents dont les deux suivants : Ysabel remplacé par Isabelle et LEFEVRE par LEFEBURE.

Copie

Sachent tous quy ceste carte partie verront ou oiront que par devant Jean LEFEBURE bally de vénérables et discretz Seigneurs Messeigneurs Doyen et Chaptre de l’Eglise Collégiale de St Omer de leur Terre Justice et Srie (Seigneurie) qu’ils ont à Remilly Wirquin et appendances en la présence de Jacques LE VASSEUR, Tassart LE CARON, Denis DELEPOUVE, Jehan MERLENCQ, Pierre DUFRESNE et Anthoine LE VASSEUR, Eschevins jugeant en ladite Srie, comparurent en leurs personnes Isabelle DE BEAUVAIS, vefve de feu Lionnel CADDART, et Jehan CADDART, fils aisné et héritier en partie dudit feu et d’icelle Isabelle, et par elle prins pour son advoué, et ont recognut et chacun d’eulx, que pour deuement asseurer les Chappelains de la chapelle Nre Dame d’Urgel fondée en ladite Eglise Collégialle de St Omer de seize solz parisis de rente que la dite chapelle a droit de prendre et avoir chacun an sur quattorze mesures de terres estans en la ville et terroir de Crehen ce quy sont déclarées es lres (lettres) de la constitution d’icelle rente de soixante solz parisis ils comparans et chacun d’eulx ont par ram et baston rapporté en la main dudit Bally comme en la main de mesdits Seigneurs en espécial about et principal asseurement six mesures de terres gisant au Terroy dudit Crehen en deux pièces, la première contenant quattre mesures gisant auprès les hayes dudit Crehen alistant d’amont et d’aval aux terres dudit Jehan LEFEBURE et aboultant vers mer au chemin qui mesne dudit Crehen à Remilly et la seconde pièce contenant deux mesures gisans au cheminet de Biequenes (Bientques) alistans d’amont à Pierre LEFEBURE, laquelle rente de seize solz parisis, iceux comparans ont promis sont ce feront tenus payer et porter à chacun an en ladite ville de St Omer au jour et terme de Noel, dont le premier terme de payement sera et escherra au jour de Noel premier venant qui sera en cest an mil cincq cens et tros en ainsy en continuant d’an en an qudit jour et terme héritablement et a tousiours pourveu que lesdits comparans, leurs hoirs ou ayans cause, porront racheter et rembourser lesdits seize solz parisis de rente touttefois que bon leur samblera par en payant aux chappelains d’iclle chappelle tout à une fois la somme de dix huict frans monnoie trente deux gros de flandres le francq en telle et aussy bonne monnoie qui aura cours en la Contée d’Artois au jour dudit remboursement, avec tous arres termes escheuz ou entammez à Ratte et portion de temps, frais de lettres et autres loyaulx coustements à l’ordonnance de justice accordans par lesdits comparans que si deffault de payement y avoit en ladite rente de seize solz parisis ou de partie d’icelle que les dits chappelains ou le porteur de ces présentes rentes se puissent ratraire à ladite justice et par icelle faire vendre et adenierer … toutes lesdites mesures de terres et tout ce que dus seroit tenant à cleu queuille chine ou rachine pour telles arres quy en seroient deulz ou par icelle faire rattraire lesdites terre pour en joyr par ladite chappelle héritablement et à tousiours sy at esté par lesdits comparans et chacun d’eulx esleu leur domicille à la maison et hostel d’icelle vefve estant au villaige de Pihen accordans que tous adieurnemens illecq faicts pour ce que dict est soient d’un tel effect et valeur comme sy faict estoient à leurs personnes renonchant lesdits recognoissans par les foy et serment de leurs corps à jamais aller contre l’effect de ces présentes à toutes les choses dessuse ont esté gardez et observez les solemnitez en tel cas pertinentes selon l’usaige et coustume d’icelle Srie. ce fut faict, passé et recognut audit lieu de Remilly le pénultiesme jour de juin l’an mil cincq cens et trois, ainsi signé DEGUISNES