LES FLECHIN (suite)

Hier, à la Bibliothèque de St-Omer, j’ai poursuivi mes recherches sur les comptes de la Bourse Commune du Chapitre de St-Omer. Je me suis intéressé plus particulièrement aux FLECHIN. En comparant les comptes de 1492 et 1533, j’avais constaté que les héritiers d’Engrand FLECHIN avaient succédé aux héritiers de Guille DE FLECHIN. J’ai donc recherché dans les registres antérieurs à 1492 l’article correspondant à l’item de 1492. Et, j’ai pu remonter au début du 15ème siècle alors que la parcelle était tenue par Guille. L’article du compte n’était pas évident à lire, étant donné qu’il était en latin et qu’il comportait des abréviations. Un exemple, l’extrait du registre de 1420 (2G1002) :

Le mot après le p (pro) est d’après un registre postérieur ‘esquean ?a’. La fin est plus facile à traduire : ‘xxvii verges de terre qui furent à Thoine VELOING, bâtard’. Une recherche dans un dictionnaire latin-français, le Gaffiot, ne donna rien ; mais, à la Bibliothèque de St-Omer, il y a quelques dictionnaires, dont un relatif au latin du Moyen-Age. Le mot figurait avec un renvoi à un autre mot, escadentia (-caentia), dont la signification est ‘retour d’un fief au seigneur, mainmorte, succession, casuel’ (casuel désigne les bénéfices attachés à une fonction ecclésiastique). Notre compréhension du texte : Guille et ses héritiers devaient payer une redevance annuelle pour une parcelle provenant d’un bâtard…

Il n’a pu être déterminé de qui descendait Guillaume qui devrait être le père ou le grand-père d’Enguerand DE FLECHIN, qui pourrait être l’un de mes ancêtres (mon Sosa 24420). N’étant pas certain qu’il n’y avait pas plusieurs Enguerand (ou Engrand) contemporains, je suis tenu d’employer le conditionnel.

J’avais été amené à remonter ma lignée FLECHIN à Enguerand par le biais des cueilloirs ou terriers d’Ecques. Enguerand est décédé avant 1520 : c’est en effet sa veuve qui est mentionné dans le terrier de 1520. Jusqu’à présent je n’avais pu établir d’hypothèse sur la filiation d’Enguerand. Dans un dénombrement de 1463 conservé à la Bibliothèque de St-Omer (MS1829), plusieurs FLECHIN apparaissaient, dont un Guillaume et aucun élément ne permettait d’établir le lien avec l’un d entre eux.

Cet Enguerand, décédé avant 1520, ne peut être évidemment fils du couple ‘Jacques DE FLECHIN, Seigneur de FLECHIN x Gabrielle DE NEDONCHEL’ qui seraient nés vers 1500, ainsi que l’a publié un ‘généalogiste’ peu scrupuleux, désireux de remonter un grand nombre de générations (*), et qui, depuis a été suivi par des dizaines d’internautes.

 

* Je viens, à l’instant, regarder l’ouvrage de Justin DE PAS, ‘Notes pour servir à la Statistique Féodale dans l’étendue de l’ancien bailliage et de l’Arrondissement actuel de St-Omer’ (Tome 1 – Mémoires des Antiquaires de la Morinie, volume XXXIII) : en 1500, la seigneurie de Fléchin n’appartenait pas à un DE FLECHIN, mais à Jean DE CREQUY